Home > Sensibilisation des populations

La Côte d’Ivoire veut relever le défi de démocratisation de la santé mentale. Le manque de connaissances sur des maladies courantes comme l’épilepsie ou la dépression, conduisent souvent à des interprétations néfastes. Les personnes vivant avec ces troubles sont alors stigmatisées.

Ainsi, les personnes souffrant de psychose sont souvent craintes et excluent de la communauté dans laquelle elles vivent. De nombreuses personnes épileptiques sont considérées comme contagieuses et ne sont pas autorisées à partager la nourriture d’autrui, ou sont privées de certains aliments en vue de leur guérison. Lorsqu’un enfant naît avec un problème apparent de santé mentale ou neurologique, il peut être considéré comme un “enfant-serpent”, c’est à dire un enfant animal, qui doit être supprimé.

Pourtant, de nombreuses voix se font entendre pour demander davantage d’information sur ces maladies, et la manière de la prendre en charge plus humainement. C’est ainsi que l’équipe du projet SAMENTACOM intervient régulièrement au long de l’année dans des activités de sensibilisation. Rayonnant depuis Bouaké, ses membres sont invités à s’exprimer dans des structures sanitaires, sociales, ou médiatiques, auprès de professionnels de santé, de responsables, ou du grand public.